[p. 96]

Notre Dame de Rocamadour

 

Sans aucun doute l'un des plus célèbres pèlerinages du Moyen Age, Rocamadour doit sa célébrité à un ermite du nom d'Amadour qui bâtit au IIIe siècle une petite chapelle dédiée à la Vierge. Ce pèlerinage, qui prend son essor au XIIe siècle, est organisé autour d'une sculpture représentant une Vierge en majesté d'époque romane, figurant encore au sanctuaire. C'est précisément cette image qui est représentée librement sur les enseignes de Rocamadour. Ces dernières, appelées aussi sportelles (du latin sportella, qui signifie petite corbeille et faisant certainement allusion à la besace sur laquelle le pèlenn pouvait fixer l'objet), ont été mises au jour dans plusieurs sites européens (France, Allemagne, Angleterre, Scandinavie, Estonie...)l Les enseignes de Rocamadour ont des points communs qui les distinguent: absence constante de jour, permanence d'une forme ovoïde dite en navette. Cette forme caractéristique évoque celle des sceaux et l'enseigne apparaît certainement comme la copie du sceau de l'église, à la seule différence qu'elle est dotée d'annelets permettant d'être fixée au vêtement du pèlenn. Cette hypothèse est confirmée par le mot SIGILLUM (sceau), qui ouvre la légende de toutes ces enseignes. De même que le sceau sur le parchemin vaut validation de celui-ci, l'«enseigne-sceau» devient un objet d'identification et de validation du pèlennage accompli. Dans le champ de l'enseigne apparaît l'image de la Vierge assise, couronnée, nimbée, tenant un sceptre de la main droite et portant, sur son bras gauche, l'Enfant Jésus presque toujours pourvu du nimbe crucifère. Ce type d'enseignes, Caractéristiques de Rocamadour, a également la particulanté d'avoir été diffusé par le sanctuaire pendant plusieurs siècles, ce qui en rend d'ailleurs la datation particulièrement délicate.

 

1. Voir l'élude de Koster, 1983, pp 43‑88.

 

100

Enseigne de pèlerinage: Notre Dame

Rocamadour , fin XIIIe-début XIVe siècle

CL 4770

Plomb-étain

H. 49 L. 28

INSCRIPTION

+ SIGILUM: BEATE MARIE DE ROCAMADOR (Traduction: sceau (ou enseigne) de la bienheureuse Marie de Rocamadour) .

HISTORIQUE

Trouvée à Paris dans la Seine au pont Saint-Michel en 1854; anc. coll. Forgeais. Acq. 1861‑1862.

Enseigne type, encore pourvue de quatre anneaux de fixation.

 

BIBLIOGRAPHIE

Forgeais, 1863, p. 57 ill. Du Sommerard, 1883, n° 8841. Valon, 1930, pp. 67-68, fig. 18. Koster, 1983 b. pp 67-68 ill. Erlande-Brandenburg, Le Pogam et Sandron, 1993, p 51 ill.

 

[p.97]

101

Enseigne de pèlerinage: Notre Dame

Rocamadour, fin XIVe‑début XVe Siècle

Cl. 4772

Plomb‑étain

H. (maximum conservée) 46; L. 36

INSCRIPTION

[SI]GILLUM. BEATE [MA]RIE DE ROCAMADOR

(Traduction: sceau (ou enseigne) de la bienheureuse Marie de Rocamadour)

HISTORIQUE

Trouvée à Paris dans la Seine; au Pont-du-Change en 1856; anc. coll. Forgaeis. Acq. 1861-2.

 

Variété de l'exemplaire précédent; l'enseigne est incomplète à ses parties supérieure et inférieure, et ne conserve plus que deux annelets de fixation.

BIBLIOGRAPHIE

Forgeais, 1863, p. 58 ill.

Du Sommerard, 1883, nO 8843.

Valon, ]930, pp. 65‑67, fig. 17.

Koster, 1983 b. pp 64‑65 ill

 

102

Enseigne de pèlerinage: Notre Dame

 

Rocamadour, XIIIe siècle (? )

Cl. 17975

Plomb‑étain

H. 66; L. 40

INSCRIPTION + SIGILLUM: BEATE MARIE: DE ROCAMADOR (Traduction: sceau (ou enseigne) de la bienheureuse Marie de Rocamadour) .

HISTORIQUE

Trouvée à Paris dans la Seine; anc. coll. Gay. Don anonyme 1909

 

Enseigne type ne conservant qu’une seule attache. Deux enseignes, l'une conservée au musée de Cluny (voir notice suivante), l'autre dans la collection Van Beuningen àCothenl, sont identiques à celle-ci et laissent supposer qu'elles sont originaires du même moule.

 

1 Inv. 144; voir Koster, 1983, pp. 59‑60 ill. et Van Beuningen et Koldeweij, 1993, p.227, no473 ill.

BIBLIOGRAPHIE

Inédit.

[p.98]

 

103

Enseigne de pèlerinage: Notre Dame

Rocamadour, XIIIe siècle (?)

Cl. 17976

Plomb étain

H. (maximum conservée) 58; L. 43

INSCRIPTION

[si]GILLUM: BEATE MARIE: DE ROCAMAD[orl

(Traduction: sceau (ou enseigne) de la bienheureuse Marie de Rocamadour) .

HISTORIQUE

Trouvée à Paris dans la Seine au Pont-au-Change; anc. coll Gay. Don annonyme 1909.

Plomb-étain

Enseigne identique à l'exemplaire précédent; incomplet à la partie supérieure, l'objet conserve néanmoins deux annelets de fixation.

BIBLIOGRAPHIE

Valon, 1930, pp. 39 40 fig 4

Koster, 1983 b. p. 58 ill.

 

104

Enseigne de pèlerinage: Notre Dame

Rocamadour, XIVe siècle

CL. 23433

Plomb‑étain

H. 46 ; L. 27

INSCRIPTION

+ SIGI[ll]UM |b]EATE [marie de] ROCAMADOR

(Traduction: sceau (ou enseigne) de la bienheureuse Marie deRocamadour)

 

HISTORIQUIE

Provenance inconnue Acq. 1995.

 

Enseigne type: la partie inférieure est sérieusement endommagée .

 

CL. 4771

 

BIBLIOGRAPHIE

Bruna, 1995 b

 

105

Enseigne de pèlerinage: Notre Dame

Rocamadour , fin XIIIe-début XIVe siècle

Cl. 4771

Plomb-étain

H 45; L. 26

INSCRIPTION

[sig]LLUM BEATE [marie de r]OCAMADO[r]

(Traduction: sceau (ou enseigne) de la bienheureuse Marie de Rocamadour).

 

HISIORIQUE

Trouvée à Paris dans la Seine au pont Saint-Michel en 1858; anc. coll. Forgeais. Acq. 1861-1862

 

Variété des exemplaires précédents. Les détails sont peu lisibles et il ne subsiste qu'un seul annelet de fixation.

 

BIBLIOGRAPHIE

Forgeais, 1863, p. 60 ill. Du Sommerard, 1883, n° 8842. Valon, 1930, pp. 68‑70, fig. 19. Koster, 1983 b. p. 68 ill.

 

[p.99]

106

Enseigne de pèlerinage: Notre Dame

Rocamadour? XIVe siècle (?)

Cl. 23517 (réinventoriée en 1996)

Plomb‑étain

H. 49; L. 28

INSCRIPTION: Illisible, mais certainement identique aux exemplaires précédents.

HISTORIQUE Trouvée à Paris dans la Seine; anc. coll. Forgeais. Acq. 1861-1862.

 

Enseigne type; l'altération sérieuse de l'enseigne rend difficile la lecture de ses détails décoratifs.

BIBLIOGRAPHIE Inédit.

 

107

Enseigne de pèlerinage: Notre Dame

Rocamadour, XIVe siècle

Cl. 4610

Plomb‑étain

H. 47; L. 29

INSCRIPTION: SIGILLU[m b]EA[te] MARIE DE ROC[am]ADOR (Traduction: sceau (ou enseigne) de la bienheureuse Marie de Rocamadour) .

HISTORIQUE:Trouvée à Paris dans la Seine; anc. Coll. Forgeais. Acq. 1861‑1862.

Enseigne type; comme sur l'exemplaire précédent, l'oxydation rend délicate la lecture de l'enseigne. L'objet a perdu une partie de sa surface.

BIBLIOGRAPHIE: Du Sommerard, 1883, n° 8683.

Valon, 1930, pp. 50-51, fig 10.

Koster, 1983 b. p. 74 ill.